Vous êtes :
  • Élève / Étudiant
  • Personnel
  • Parents
  • Partenaire
  • Espace Presse

eTwinning : des lycéens ouverts et solidaires

Les 4 élèves représentants leur classe de 2de posent avec leur enseignante, Mme Mandrillon, et M. Capul, sous-directeur à la DGESCOLa connaissance des langues étrangères, la maîtrise des nouvelles technologies : ce sont aujourd’hui deux compétences à mettre en valeur sur un curriculum vitae. Autres éléments à ne pas négliger : l’aptitude à communiquer – particulièrement dans un contexte interculturel – la créativité, la curiosité, l’ouverture et l’esprit d’initiative. Autant d’atouts que le projet eTwinning contribue à développer chez les élèves.

Ce programme européen vise à encourager le jumelage électronique entre établissements scolaires de différents pays. Ainsi, des projets intégrant ce point de départ sont élaborés au sein des collèges et lycées du secondaire. Mais le but n’est pas simplement d’entretenir librement une correspondance avec un adolescent étranger. Il s’agit bien de travailler ensemble au-delà des frontières sur un thème commun, de construire conjointement quelque chose. Par ce biais, les jeunes accroissent leurs connaissances, mais surtout, ils partent à la rencontre de l’autre.

Le programme eTwinning se révèle également stimulant pour les enseignants. Ils coopèrent avec leurs homologues étrangers, ce qui contribue à actualiser leurs propres connaissances, à enrichir leurs pratiques et à partager avec leurs collègues leur savoir-faire. Des séminaires sont régulièrement organisés dans différentes villes d’Europe. Du jeudi 17 au samedi 19 novembre 2011, c’est à Bruxelles, en Belgique, que les enseignants des 32 pays inscrits au dispositif se sont rencontrés pour avoir un échange sur leurs pratiques et se familiariser avec les outils informatiques du programme.

Des élèves de 2de du lycée Eugène Delacroix de Maisons-Alfort (94) se sont illustrés cette année en remportant le prix dans la catégorie : « Année européenne du volontariat 2011 ». Les lauréats se sont donc rendus, accompagnés de leur enseignante, au ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative mercredi 14 décembre 2011. Un moment de joie et de fierté pour tous !

Leur projet, mené en partenariat avec des établissements suédois et turcs, s’intitule « Teenager’s thoughts on 2011, european year of volunteering » (ce que les adolescents ont pensé de 2011, année européenne du bénévolat). Un projet qui a évolué face à l’actualité… Depuis plusieurs années, un club UNESCO fonctionne au sein du lycée et propose des actions de bénévolat en faveur du Togo  – parrainages, collectes de matériel scolaire… Le premier mouvement des élèves était donc de mettre en place des actions de solidarité envers ce pays. Cependant, la catastrophe de Fukushima, au Japon, a modifié leur idée de départ. Les jeunes ont décidé d’organiser une quête pour l’aide à la reconstruction au Japon et pour des actions d’alphabétisation dans un village du Togo.

Plusieurs phases ont rythmé cette aventure. Tout a commencé par la présentation du programme eTwinning, des établissements partenaires, du bénévolat-volontariat, de l’espace sécurisé de projet appelé le Twinspace. Les premières idées ont alors émergé et les élèves se sont rendus en salle multimédia pour rédiger leur profil, illustré par une photo ou un avatar, sur le Twinspace. Deuxième étape : l’élaboration du projet. Recherches sur le monde associatif et mises en ligne de leurs premières productions ont constitué l’essentiel du travail. Dans un troisième temps, un premier bilan s’est imposé. Une lecture approfondie des travaux des partenaires et l’envoi de questions afin de clarifier certains points ont permis d’intensifier les échanges. L’étape suivante était consacrée à la catastrophe japonaise. Des recherches et une réflexion sur l’approche du nucléaire dans les trois pays ont permis d’acquérir des connaissances théoriques. Ensuite, il a fallu choisir l’action concrète de bénévolat à mener et réfléchir à sa mise en œuvre. Un moment d’échange intéressant entre des jeunes aux cultures différentes. Cela les a préparés à la phase suivante, qui visait l’approfondissement de leurs liens. Deux activités se sont ajoutées au projet : la création de deux blogs, l’un sur les établissements scolaires des jeunes français, turcs et suédois participants, l’autre sur la ville dans laquelle ils résident. Dernière étape, l’action concrète, en sollicitant la générosité d’autrui en allant quêter. Enfin, un temps de bilan a permis aux élèves d’exprimer leurs difficultés, leurs satisfactions, et de résumer ce qu’ils ont appris sur le bénévolat, sur les autres et sur eux-mêmes.

Participer au programme eTwinning permet de mobiliser un certain nombre de compétences disciplinaires et transdisciplinaires. Tout d’abord, la pratique de l’anglais était incontournable. Les jeunes ont aussi pu travailler des piliers du socle commun de connaissances et de compétences : culture scientifique, maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication, culture humaniste, citoyenneté et autonomie. Ce projet, qui s’est déroulé sur sept semaines, a mobilisé les élèves en classe une à deux heures par semaine, pendant sept semaines. En dehors de la classe, ils ont également consacré beaucoup de temps à cette opération. Des progrès en langues vivantes pour la plupart, une réelle motivation, de l’enthousiasme : autant de motifs de satisfaction pour l’enseignante qui a piloté le projet.

Cartouche : MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE, DE LA JEUNESSE ET DE LA VIE ASSOCIATIVE - MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE